Pièce des rhétos: Voyage, voyage...

Un jeune homme en « costume », avec une perruque un peu rétro, fait son entrée : il se met au piano et joue ; il est vite rejoint par un batteur, un guitariste, une saxophoniste... : le rideau n’est pas encore ouvert, mais l’invitation au voyage, elle, est déjà bien lancée. Le spectacle est commencé, le ton est donné : de la qualité mais sans se prendre au sérieux.

Le rideau s’ouvre et nous voilà déjà au Brésil, le pays du foot : l’accent, la musique la danse nous emmènent déjà. Notre tour du monde est entamé et il va nous mener aux quatre coins de notre planète... qui est pourtant ronde... et, le moins que l’on puisse dire, c’est que tout ne tourne pas rond : entre une télé foutue qui empêche de voir la Finale de la Belgique (enfin !) et un covoiturage où on dégage un passager qui, lui, se prend trop au sérieux, les nouvelles pleuvent et les reportages se succèdent.

Les accents aussi. Ah, ces accents des présentatrices et présentateurs télé : de l’accent chantant de la présentatrice italienne à celui plus aigu de la présentatrice japonaise en passant par l’accent guttural de la présentatrice du Luxembourg. Ils nous font voyager d’un pays à l’autre, voyage tout à la fois linguistique, culturel, visuel et onirique. Des aventures aussi, qui se déroulent sous nos yeux, en direct : du Mexique à une île perdue sur le chemin de Madagascar... et Alexandre, qu’on n’a pas connu mais qu’on aurait tant aimé voir mordre les étoiles...

Nos rhétos nous ont fait voyager et, à l’heure où un certain nombre d’entre eux passent leur permis de conduire, l’illustration qu’ils nous ont donnée des apprentissages en cette matière nous laisse quelque peu perplexes, mais ils nous ont fait voyager dans la bonne humeur...

Merci aux élèves de rhétos, d’avoir répondu présents d’une si belle façon : ce que vous avez montré donne aussi du sens à toutes les années que vous avez passées au collège, à tous les apprentissages que vous avez construits, seuls, en équipes, avec vos professeurs et éducateurs...

Un énorme merci aussi à Monsieur Coppens et à son équipe pour tout le temps consacré à ce merveilleux projet et le travail formidable qu’il a réalisé avec vous ; il nous permet de réaffirmer ce que nous savions déjà : Saint-Benoît Saint-Servais a d’incroyables talents.

RETOUR